loader image

Filière française de l’horlogerie-bijouterie-joaillerie… 2021, une année qui a brillé de mille feux

BIJOUTERIE, HORLOGERIE

24 Mar 2022

3,9 milliards d’euros… tel est le chiffre d’affaires gigantesque réalisé en 2021 par la filière française de l’horlogerie-bijouterie-joaillerie, dépassant de près de 32 % les réalisations pré-pandémiques. Le secteur affiche une performance brillante et solide, à l’effigie de ses produits de luxe.

Les chiffres n’ont jamais été aussi évocateurs… le secteur horloger, joaillier et bijoutier français est en pleine santé, malgré le contexte sanitaire – et économique – mondial très difficile. Avec 3,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires réalisé en 2021, la filière affiche une progression de 32 % par rapport à 2019 et 38 % par rapport à 2020, selon le rapport effectué par le Comité Francéclat.

Par souci de cohérence et en raison du caractère atypique que revêt l’année 2020, qui a subi les vagues de désagréments engendrés par la crise sanitaire tels que les fermetures administratives de la plupart des entreprises, les analyses comparatives et les variations se font par rapport à l’exercice 2019.

Un marché français florissant…

En France, le constat est sans appel avec une croissance des ventes de 21 % par rapport à 2020 et de 2 % par rapport à 2019. Cette croissance profite notamment aux commerces de centre-ville, tels que la Place Vendôme ou les détaillants spécialisés, avec une hausse de 10 % par rapport à 2019. Les ventes à distance, fortement plébiscitées en raison des restrictions sanitaires, connaît une hausse de près de 23 % tandis que les « discounters » enregistrent une hausse de 14 %.

Malgré cette hausse des ventes perceptibles sur l’ensemble des circuits de distribution, les grands magasins continuent à subir les effets de la crise sur le tourisme avec un déclin de -40 % par rapport à 2019. Une augmentation des effectifs du secteur a également été observée, à raison de 4 % par rapport à 2019 soit plus de 12 700 personnes employées par la filière.

…et un marché international prospère, toujours dominé par la Chine

Les chiffres dansent également au niveau international, avec une production qui se chiffre à 3,5 milliards d’euros pour la bijouterie-joaillerie, soit 36 % de plus qu’en 2019, dont l’activité est essentiellement composée des créations en métal précieux avec 3,2 milliards d’euros (+40 % par rapport à 2019). Quant à la filière horlogerie, elle enregistre une légère diminution de 2 % avec 341 millions d’euros de chiffre d’affaires. Enfin, les bijoux fantaisie comptabilisent 346 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021, soit une amélioration de 11 % sur deux ans. Au total, 56 % de la production de bijouterie-joaillerie française part à l’exportation.

L’ensemble retrouve donc les niveaux pré-pandémiques, où le marché chinois tient une place prépondérante, et témoignent de l’attrait pour le talent français en matière de produits de luxe. Ce secteur revendique un quart des importations chinoises de bijoux précieux, faisant de la France le premier pays fournisseur de la Chine qui représente un total de 1,2 milliard d’euros.

Des facteurs paradoxalement avantageux

Les restrictions sur les voyages ainsi que le gel du tourisme ont eu un effet positif sur la filière horlogerie-bijouterie-joaillerie… d’après les analyses du comité professionnel Francéclat, la difficulté voire l’impossibilité pour les ménages de partir en vacances ou de s’offrir restaurants et sorties a entraîné ces derniers à se tourner vers l’acquisition de bijoux et de montres.

Concernant l’engouement des français pour les produits de la filière, l’étude précise d’ailleurs que « Faute du volume habituel de touristes étrangers, ce sont bien les Français qui ont acheté des montres et des bijoux », ce qui explique la hausse des ventes au niveau du marché français.

Une balance commerciale bien au-delà de l’excédentaire

Pendant la période d’avant la crise, un gonflement virtuel des chiffres entraînant une distorsion des comparaisons a été observée, en raison des prévisions de problèmes de flux liés au Brexit. Pendant la crise, la dynamique du commerce extérieure se retrouve impacté par le contexte, résultant à un chiffre de 7,5 milliards d’euros en termes d’exportations d’horlogerie-bijouterie.

Des performances qui sont à quasi-égalité avec celles de 2019 (-1 %), hors échanges avec le Royaume-Uni, avec des importations qui présentent une évolution plus nuancée, avec une diminution de 25 % par rapport à 2019. Ainsi, en présentant un taux de couverture global de 113 %, le secteur contribue encore plus positivement à la balance commerciale de la France, notamment les bijoux en métaux précieux qui affiche une contribution à hauteur de 147 %.

Le comité professionnel Francéclat, auteur du rapport, s’exprime ainsi quant à l’avenir du secteur : « La crise Covid-19 ainsi que le conflit en Ukraine sont là pour nous rappeler que rien n’est jamais acquis et que tout peut basculer à tout moment. Pour autant, la performance de la filière française de l’horlogerie-bijouterie-joaillerie en 2021 est remarquable et restera dans les annales ».

A propos de Francéclat

Créé en 1963 par M. Michel Dalin du Comité Interrégional de la Montre et financé par la taxe HBJOAT, Francéclat est régi par la loi du 22 juin 1978 qui a institué les comités professionnels de développement économique. Comité professionnel de développement économique au service des secteurs de l’horlogerie, de la bijouterie, de la joaillerie, de l’orfèvrerie et des arts de la table, Francéclat collabore avec les professionnels de ces filières dans le but de mettre en œuvre une politique globale destinée, par le biais d’un programme d’actions collectives, à dynamiser la création, la production, la vente en France et à l’international des produits de ces 3 filières. Ses missions complètent celles des Chambres syndicales et Fédérations professionnelles, et s’insèrent dans le cadre de la mission de service public, afin de répondre aux orientations stratégiques formalisées dans un contrat d’objectif et de performance signé avec le Ministre en charge de l’industrie.

Erdan Naréh-Telrit

Articles Récents