loader image

MAGAZINE

COFRAC : une troisième certification pour le Laboratoire Français de Gemmologie :

INSTITUTIONS, INTERVIEWS

28 Mai 2021

Après avoir été certifié RJC (Responsible Jewellery Council) puis ISO 9001, le LFG vient d’obtenir une accréditation Cofrac pour la norme ISO 17025, qui qualifie les compétences techniques du laboratoire.

Le laboratoire français de gemmologie est le seul au monde à détenir ces trois qualifications, qui représentent un gage de qualité pour tous les clients, professionnels comme particuliers. Trois certifications complémentaires, chacune d’entre elles abordant un aspect particulier du métier.

Le Laboratoire Français de Gemmologie (LFG) est un laboratoire de services et d’analyses gemmologiques pour les professionnels et les particuliers. Son but est de déterminer, d’identifier les matières – pierres isolées ou bijoux montés. Les analyses et les rapports produits sont réalisés de manière indépendante et impartiale. C’est le laboratoire le plus ancien encore en activité, créé en 1929.

Le LFG est un laboratoire généraliste, qui traite tous les matériaux gemmes. Il travaille pour toutes les grandes maisons de la place Vendôme et représente leur laboratoire de référence. Le LFG a été repris par L’Union Française de la Bijouterie-Joaillerie (UFBJOP) en 2010 et depuis, a mis en place des procédures normalisées. Ce qui permet d’obtenir des mesures fiables pour les clients et représente un gage de confiance.

En février 2021, un nouvel aboutissement a vu le jour avec l’accréditation par le Cofrac (Comité français d’accréditation) suivant la norme ISO 17025, une norme de laboratoire axée sur les compétences techniques du LFG dans le domaine des gemmes. Il s’agit du premier laboratoire international à être accrédité sur la norme ISO 17025 sur tous types de gemmes.

La norme ISO 17025 représente la troisième certification obtenue par le Laboratoire Français de Gemmologie. La certification RJC date de 2013 et le laboratoire a été requalifié en 2020 sur le nouveau code des pratiques de 2019. C’est l’un des seuls laboratoires au monde à être certifié RJC, c’est-à-dire tout ce qui concerne la responsabilité éthique, l’environnement, ainsi que la traçabilité. L’éthique tient compte de l’impartialité et de la confidentialité des analyses faites au laboratoire, l’absence de lien avec les clients, ou encore, le fait ne pas faire travailler d’enfants.

La partie environnementale concerne quant à elle le tri, le fait de ne pas imprimer de documents lorsque ce n’est pas nécessaire, etc. Certains groupes ou grandes maisons ne font appel qu’à des fournisseurs certifiés RJC comme le LFG.

En 2017, le laboratoire a été certifiés ISO 9001 par l’Afnor pour le management de la qualité et la satisfaction client. L’ISO est une norme internationale, reconnue dans les autres pays. Cette reconnaissance internationale est l’aboutissement de cette certification. Et comme la norme ISO 17025 reprend un certain nombre de points de la norme ISO 9001 sur le management de l’activité, cela a permis au LFG d’aller un peu plus vite de ce point de vue. Le processus d’accréditation a été lancé depuis 2017 et il a quand même fallu presque quatre ans pour être certifié.

Le principe de ces normes est basé sur un objectif d’amélioration continue et chaque norme est complémentaire avec les deux autres : RJC pour l’éthique et l’environnement, ISO 9001 pour le côté client et la traçabilité ; la norme ISO 17025 sur les exigences techniques et les analyses gemmologiques sur les pierres.

Pourquoi avoir souhaité cette accréditation sur la norme ISO 17025 ?
Aurélien Delaunay : D’une part, cette accréditation permet de conserver la confiance des clients car l’impartialité et la confidentialité sont vérifiées par le Cofrac, l’unique organisme national d’accréditation. D’autre part, le Cofrac évalue la compétence du personnel, son aptitude à réaliser une mesure sur une pierre. Le LFG est un laboratoire doté d’une équipe, ce qui implique différents points de vue : chaque pierre est vue par différents gemmologues pour éviter tout type de problème lié à l’impartialité et cela permet aussi de partager les connaissances sur telle ou telle matière.

Chaque membre du personnel a sa spécialité :
Aurélien Delaunay, le directeur du laboratoire et expert en diamants, a souhaité recruter il y a quelques mois un nouveau responsable du laboratoire, Stefanos Karampelas. C’est un spécialiste des perles et des pierres de couleur, il a aussi travaillé dans d’autres laboratoires, avec une reconnaissance internationale. La compétence du personnel représente un point extrêmement important dans cette norme ISO 17025.

Enfin, il est bien entendu tenu compte de l’adéquation entre les installations et les équipements qui sont utilisés. Une traçabilité métrologique des équipements est mise en place. Ils sont vérifiés, étalonnés et mesurés à des périodes bien définies, qui peuvent varier entre un à trois mois, jusqu’à six mois. Une maintenance de ces appareils est réalisée tous les ans. C’est là toute l’importance de cette norme qui vérifie qu’un contrôle des appareils et un suivi du personnel est mis en place et suivi.

La traçabilité des mesures est cruciale dans le processus. Lorsqu’une pierre arrive au laboratoire, elle est enregistrée avec un numéro de série, toutes les données sont sécurisées. A partir de cette étape, elle devient un simple numéro de référence, il n’y a plus aucun lien avec le client. Cela fait partie de l’impartialité du laboratoire et de son indépendance. Toutes les mesures sont tracées et reliées au système. Les méthodes d’étalonnage ont été validées par le Cofrac, selon les exigences normatives.

L’un des points qui a demandé beaucoup de travail à l’équipe depuis qu’elle s’est engagée dans cette candidature d’accréditation porte sur les calculs d’incertitude des mesures. En métrologie, il y a d’un côté, une donnée acquise mais de l’autre côté, il y a aussi toute une incertitude de mesures. Ces calculs d’incertitude peuvent être demandés par le client et il a fallu les évaluer.

Comment se passe une accréditation Cofrac ?
Aurélien Delaunay : Pour obtenir une accréditation Cofrac, plusieurs experts se déplacent sur le site du laboratoire : des experts techniques sur la métrologie, des experts en gemmologie également. Il était important d’obtenir l’aval d’un expert technique sur les mesures de gemmologie. C’est tout le but de la norme ISO 17025, évaluer la qualité et la fiabilité des résultats garantis pour les clients. Il s’agit d’exigences techniques.

Sans oublier que l’ISO est une norme mondiale reconnue partout. Cette certification a aussi permis de créer des liens avec d’autres laboratoires, d’échanger sur les méthodes, les mesures. La reconnaissance internationale représente l’aboutissement de cette accréditation.

Le LFG a obtenu en février dernier l’accréditation selon la norme ISO 17025 et a changé de locaux dès le mois de mars. Le déménagement a exigé une forte mobilisation de la part du LFG et de ses prestataires  qui ont dû ré-étalonner et vérifier les machines. Le personnel a été aussi requalifié sur les machines. Tous les équipements informatiques ont été également transférés. Car il est essentiel de conserver une continuité dans l’analyse.

Si le Laboratoire Français de Gemmologie a déménagé, c’est notamment parce qu’il commençait à être à l’étroit sur l’ancien site et surtout, pour rassembler sur un même lieu la formation et le laboratoire, sur deux étages du 30 rue de la Victoire, dans le IXe arrondissement de Paris. Un étage est entièrement dédié à la formation à la gemmologie, avec des équipements récents et l’autre étage est consacré au laboratoire : les appareils ont été repositionnés pour une organisation optimum. Le LFG occupe désormais près de 500 m2, contre 170 m2 dans les anciens locaux.

L’intérêt du déménagement était aussi de se rapprocher des clients car le laboratoire travaille à 95 % pour des professionnels. Beaucoup de négociants et d’ateliers sont implantés dans le quartier. Il était essentiel de proposer un service de proximité avec des délais très courts. Mais aussi, d’ouvrir le laboratoire aux clients, de rester un partenaire proche de leur métier, de proposer un discours ouvert sur les méthodes et les pratiques du LFG. L’un des rôles du Laboratoire Français de Gemmologie est de savoir former, enseigner et partager ses connaissances.

Interview réalisée par Carine Loeillet

Articles Récents